ActualitéPolitiqueSagrex - Drève Léon Jacques

Route de Montagne, le mystère reste entier après les déclarations du ministre Henry

D'après notre source, il y a une probable confusion entre les dossiers "route de Montagne" et l'ancien projet de liaison entre Haut-Ittre et l'autoroute A8

Si une certaine euphorie c’était emparée des opposants au projet « route de Montagne » après les déclarations du ministre de la mobilité, Philippe Henry, le mystère reste pourtant entier.

Une source proche du dossier qui a souhaité garder l’anonymat nous confirme que les déclarations du ministre Henry sont ambigües et qu’il est possible qu’il y ait eu confusion entre le projet « route de Montagne » et le projet de liaison entre Haut-Ittre et l’autoroute A8. Projet qui est lui abandonné depuis plusieurs années.

Toujours d’après cette source, le projet de liaison Haut-Ittre / A8 qui date des années 80, était bien un projet autoroutier au sens propre du terme. Le projet déposé par la société Sagrex est quant à lui totalement différent.

Pour notre source, il s’agit d’un problème de communication interne au cabinet du ministre. Parce que dans le cas de Sagrex, il ne s’agit nullement d’un projet autoroutier ni même d’une nouvelle voirie, mais bien d’un déplacement de voirie à la suite de l’extension de la carrière et de la suppression de la drève Léon Jacques.

De plus, si le projet de liaison entre la N6 et la A8 avait été retenu par le gouvernement précédent, c’est aussi parce que cette route pouvait présenter un intérêt régional. Il est également précisé que ce n’est pas parce que la région ne retient plus ce projet, qu’il ne sera pas réalisé par la carrière elle-même.

Le mystère reste donc entier dans ce dossier du côté des citoyens et apparemment aussi du côté des élus locaux. Dimitri Legasse, député régional originaire de Rebecq, interrogera sur ce point le ministre Henry lors d’une prochaine commission au Parlement wallon.

Les habitants de l’entité de Rebecq qui assisteront au conseil communal extraordinaire qui aura lieu ce jeudi 3 octobre à 20h00, au sein de l’Administration communale, n’en apprendront sans doute guère plus sur ces déclarations. Ils seront toutefois fixés sur la décision du Conseil d’accorder, ou non, l’ouverture de voirie demandée par la carrière de Quenast.

Voir plus
La Voix du 1430 - Inscription à la newsletter

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page