PolitiqueSagrex - Drève Léon Jacques

Ecolo Rebecq se positionne sur le projet « route de Montagne »

Le Groupe Ecolo Rebecq nous a transmis sa position sur le projet « Route de Montagne » proposé par la société Sagrex « Carrière de Quenast ». Découvrez-le ci-dessous.


Certaines personnes nous demandent de connaître la position, d’ECOLO-Rebecq, à propos la route de montagne.

C’est vrai, nous ne nous sommes pas encore prononcés sur les réseaux sociaux à ce sujet mais nous avions lancé l’alerte il y a déjà plus d’un an parce que nous nous opposons au projet de route tel qu’il est demandé par Sagrex car il est en contradiction avec la vision du futur portée par ECOLO:

– il ne bénéficie pas aux habitants du village mais se fait contre eux ;

– il apporte des nuisances de tout ordre : bruit, pollution de l’air, dénaturation de notre environnement rural, destruction de la biodiversité.

– il impose la voiture comme mode de déplacement au détriment des modes doux (vélo, piéton) sans considérer d’abord les moyens de déplacement collectifs ;

– il tend à créer une séparation plus marquée entre les villages au risque de les opposer, au lieu de développer la solidarité de tous au sein de la commune ;

Au mois de mars 2018, dès que nos déductions concernant le tracé de la route se sont avérées exactes, nos militants se sont mis au travail pour informer de vive voix les habitants les plus impactés des quartiers du centre de Quenast, du Faubourg, de la rue de la Station, du dessus de la rue de l’Ecole et de la Gendarmerie, des chemins du Bloquiau et de la Chaussée.

D’où venaient nos informations ?

De la « joyeuse entrée » du nouveau gouverneur à Rebecq en 2017. L’oreille attentive de notre conseiller communal de l’époque avait relevé un échange à propos d’une nouvelle route pour remplacer la drève Léon Jacques lors de l’extension de la carrière vers Rebecq et l’avait située au nord de la motte. Un travail d’équipe et l’article retrouvé du journal « Le soir » du 15 juillet 2017, nous a permis d’imaginer le tracé.

Le 13 mars 2018, après la réunion d’information des conseillers, ce même  conseiller Ecolo nous a confirmé l’exactitude de nos supputations.

Lors de la braderie à Rebecq où nous avions notre stand, nous dévoilions le projet à ceux qui voulaient nous entendre.

Après cela et jusqu’ aujourd’hui, nous avons laissé les citoyens « informés », prendre leurs responsabilités et nous avons soutenu leurs actions, agissant comme un levain dans la pâte et définissant une véritable prise de parole du peuple qui n’est certes pas de réunir 48 Rebecquois de tous âges, sexes et domiciles « monitorés » par le seul bourgmestre.

Parlons-en de ce Bourgmestre. Aujourd’hui il semble faire une courbe rentrante et s’inquiète, enfin, des aspirations des habitants de sa commune, mais lui et les autres étaient bien au courant de ce qui se tramait !

Cependant nous voulons positiver et nous sommes heureux de constater que beaucoup des élus d’alors ont réfléchi et que notre but sera atteint si ce projet désastreux est rejeté par un conseil communal prochain.

Voir plus
La Voix du 1430 - Inscription à la newsletter

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page