ActualitéPolitiqueSagrex - Drève Léon Jacques

Abandonnés par la majorité, les habitants de Quenast se défendront par leurs propres moyens (Communiqué)

Le jeudi 3 octobre, le Conseil communal, emmené par Dimitri Legasse, a autorisé l’ouverture de la « route de montagne ». Le comité de quartier « Le Pavé » va introduire un recours au Gouvernement wallon contre cette décision.

Après la décision du groupe Union d’autoriser l’ouverture de la nouvelle voirie demandée par Sagrex, le comité de quartier « Le Pavé » réagit et tient à souligner plusieurs éléments.

  • La majorité PS-CDH a balayé d’un revers de la main tous les arguments, pourtant développés de manière sérieuse et répétés à plusieurs reprises, par les habitants.

Rappelons que le projet déposé par Sagrex comprend un rond-point disproportionné ainsi qu’une route de montagne (c’est le terme technique utilisé par Sagrex) à 12 mètres de haut, à laquelle on accède par une rampe de lancement avec une pente à 7% ressemblant à s’y méprendre à un viaduc, et ce à quelques mètres seulement de certaines habitations. Cette structure d’un autre temps (cf. les destructions de viaducs à Bruxelles au profit des riverains) n’apportera que poussières, circulation de transit supplémentaire, pollution en particules fines et nuisances sonores. De plus, cette route de montagne sera une véritable balafre urbanistique dans le joli village de Quenast. Les arguments à l’encontre de ce projet sont nombreux et il faut rappeler que, selon une étude réalisée en 2014, la qualité de l’air est déjà médiocre à Quenast. Le nouveau  tronçon va empirer cette situation, et la majorité n’a même pas évoqué ce point dans son intervention. La santé et la qualité de vie des riverains lui importent visiblement peu !

  • La majorité a décidé de dissocier Quenast et Rebecq.

Dans son discours, M. Legasse a opposé le « village carrier de Quenast » au « village rural » de Rebecq-Rognon. Pour les riverains, ces éléments de langage sont inacceptables. En effet, rappelons que depuis la fusion des communes, Rebecq et Quenast forment une seule et même entité, dont le caractère rural est repris dans le PCDR (Plan communal de développement rural). Si Quenast a une histoire industrielle plus marquée qu’à Rebecq, elle n’en reste pas moins une commune rurale, avec de nombreux champs, un bois et des « mottes » abritant une faune et une flore exceptionnelles (site de Grand intérêt biologique) ! D’ailleurs, relevons que si la majorité était tellement attachée au « village carrier » de Quenast, elle n’aurait pas autorisé une route qui va condamner la Cité Jardin, le seul endroit où l’héritage ouvrier de la commune est réellement visible.

  • La majorité a autorisé la voirie sans aucune garantie que le Plan d’actions proposé par Sagrex en août dernier soit réellement réalisé.

Alors que, le 14 septembre, le groupe Union avait demandé de ne pas voter le point sur l’ouverture de la voirie pour obtenir des garanties sur les aménagements complémentaires proposés par Sagrex (murs antibruits supplémentaires, zones « vertes », piste cyclable, etc.), M. Legasse a à peine évoqué la fameuse convention entre Sagrex et la commune. Pire, il a même reconnu que celle-ci n’était pas encore signée (1) ! Personne ne sait ce que le texte contiendra, ni à quoi Sagrex s’engage concrètement (pour quel budget ? Dans quel délai ?).

  • La majorité menée par le socialiste Dimitri Legasse s’est inscrite en porte à faux par rapport à la Région wallonne.

Le 28 septembre, le Ministre de la Mobilité Ecolo Philippe Henry a annoncé le gel de plusieurs projets routiers, y compris celui de Rebecq. Quelques jours plus tard, M. Legasse a émis, dans la presse, des doutes sur le tronçon concerné : il s’agirait d’un vieux projet d’autoroute et non de la route de montagne. Pourtant, quelques clics et un e-mail de confirmation du cabinet du Ministre Henry (reçu par « Le Pavé » une heure avant le Conseil communal) permettaient de confirmer ce point : dans le plan Infrastructures 2019-2024 de la Région wallonne, la seule liaison évoquée est bel et bien la jonction A8/Route Industrielle, donc la route de montagne. M. Legasse, pourtant député wallon et membre de la majorité en place (PS-MR-Ecolo), s’est donc simplement assis sur cette décision ! Les subsides d’environ 2 millions que Sagrex devait recevoir de la Région wallonne ne seront donc pas alloués (sur un projet total de 6 millions dont le budget semblait déjà sous-estimé).

  • En conclusion, la majorité a tout simplement décidé d’ignorer les appels des Quenastois.

Pire, M. Legasse a reconnu que 10% des conseillers communaux leur avaient menti… Le groupe Union et la Bourgmestre elle-même se sont assis sur leur bien-être, leur santé et l’avenir de leur village. Après avoir été purement et simplement abandonnés par leurs élus, les riverains n’ont dès lors d’autre choix que de se défendre par eux-mêmes. Le comité de quartier « Le Pavé » a déjà contacté son avocat pour introduire un recours, au niveau du Gouvernement wallon, contre la décision d’ouverture de voirie prise par le Conseil communal dans le cadre du décret voirie. D’autres recours pourront être introduits si nécessaire…

Ann-Charlotte & Célie, pour le comité de quartier « Le Pavé »

La démocratie, ce n’est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité Albert Camus

Les personnes qui souhaitent des informations complémentaires, voire se joindre et/ou soutenir l’action du Comité sont invitées à envoyer un e-mail sur l’adresse : cdqlpquenast@gmail.com

(1) https://www.rtbf.be/info/regions/detail_rebecq-la-commune-dit-oui-a-sagrex-et-a-son-projet-de-route-de-la-montagne?id=10332571


Note de la rédaction :

1 – Nous n’avons pas invité Dimitri Legasse, Chef de file du groupe Union, à réagir à ce communiqué (il peut bien entendu le faire si tel est son souhait) étant donné que ce communiqué est déjà une réaction à la suite de la position du Groupe Union qui est disponible ici : Route de montagne, position du groupe Union – Communiqué

2 – Les prises de positions des différents groupes politiques et le vote du point Sagrex (Route de Montagne) lors du conseil communal du 3 octobre sont disponibles à l’écoute en cliquant ici.

3 – TVCOM a interviewé Dimitri Legasse et des représentants du comité « Le Pavé »  après le vote du conseil communal, le reportage vidéo est disponible ici : Rebecq : Feu vert du conseil communal pour la nouvelle route de Sagrex

Mots clés
Voir plus
La Voix du 1430 - Inscription à la newsletter

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer